MARC   MEROLLI       WEB GALERIE

 

 

PARCOURS

 

ACCUEIL

 

TEXTES

1

2

GALERIES

  2011

 2           

3

4

 5 

 

CONTACT

 Dedans les corps

 

D'abord, la symphonie n° 3 de Henryk Gorecki pour ouvrir l'âme.

Lento, dit-il.

II ferme les yeux et se trouve là, seul. La solitude ? Pour que son âme épouse les autres âmes et que sa mémoire se réveille.

II lui semble que le flanc d'une montagne est contre sa joue. Quelque chose le berce graduellement, avec la patience d'une migraine qui monte. C'était onctueux, ça tourne doucement à l'aigre. Son esprit tâtonne et trouve des ombres où brasillent des ocres et des ors avec ces violets profonds que lui envoie son cœur de peintre.

II pose la couleur et souffre de sa lumière.

Dehors, la nuit pousse sa maison. Dedans, elle le serre et l'étreint. II pressent l'arrivée de ces images troubles, en grand nombre, qui lui chuchotent toutes ensemble la même chose. Elles viennent à lui comme une armée d'ombres, sans bruit, dans un long glissement de transparences. Alors il pose des glacis sur le bois préparé la veille. II les capture, il file les huiles et les pigments, les tisse puis les immobilise pour que ces visages et ces corps étouffés s'y arrêtent de force, pris au jeu de leur captivité.

De leurs corps si lourds, dehors et dedans, s'échappe leur souffrance, celle d'hier ou celle d'aujourd'hui, comme une transpiration.

Marc Merolli, tes bois peints sont suspendus. Et quand viendra le soir, on fermera la grille sur tes captifs.

Annick Delacroix

                                                                                                                   

                                                                                                                         

 

 

 

                       MARC MEROLLI                                   mail : marc.merolli@orange.fr                                              droits de reproduction : ADAGP  . www.adagp.fr